Le deuil, c’est pour les Blancs et les Éléphants

Cet article m’a été inspiré par le Collectif Vies Volées

Dr Joy

Pendant des années,  Joy DeGruy a exercé comme chercheuse, travailleuse sociale, auteure, éducatrice, psychologue clinicienne en thérapie comportementale et conférencière. Elle a l’habitude de commencer sa conférence sur le Syndrome Post Traumatique de l’Esclave (post Traumatic Slave Syndrome) comme ça:

“Je souhaite tout de même mettre les choses à plat, afin que nous puissions tous avancer ensemble. La raison pour laquelle je commence ainsi, c’est parce qu’il existe une supposition dans une salle de cette taille, avec des gens éduquées… Une supposition selon laquelle nous entrerions tous et toutes dans la discussion au même niveau. Mais je vous garantis que ce n’est pas le cas. Nous avons tous et toutes nos idées, nos croyances...et puis nous avons nos expériences. Par exemple les personnes racialisées (de couleur en VO) dans cette pièce arrivent dans la discussion avec un niveau de conscience différent. Parce qu’on vit encore dans notre corps.

On trouve également des traces de ces traumas dans nos gênes, donc même si tu « travailles dur et que tu n’aimes pas la victimisation » ou encore si tu « penses pouvoir être l’exception »,  survivre à nos névroses occidentales (on apprécie le monde de chercheuses, pas étonnant que le sujet soit creusé par des femmes). Dr Joy  DG (elle porte bien son nom) continue :

"On apprécie et on comprend trop rarement ce avec quoi on vit lorsqu’on vit le monde dans cette peau. Et puis il y a des personnes qui participent à la conversation et qui sont éduqués sur le sujet, mais ne l’incarnent pas. Ce n’est pas de l’ordre du sentiment mais du cérébral. Ce n’est pas mal en soi, c’est juste très différent. Pour nous autres qui vivons dans cette peau, c’est émotionnel et c’est personnel (ndlr: pas exclusivement). La conversation risque d’être inconfortable. Mais ça ira, parce que c’est inconfortable de vivre dans cette peau. Nous devons apprendre à gérer cet inconfort et à avoir ces conversations. "

Nous avons vu des peuples à travers le monde, les Natifs d'Amériques du Nord concernés par le colonialisme, l'internement des Japonais, les Aborigènes d'Australie... Des peuples qui ont connu des traumas multi-générationnels, les victimes de tsunamis, nous avons  regardé pour tout le monde, mais quand il s'agit de regarder de plus près le cas d'Africain.e.s ou d' Afrodescendant.e.s, la réponse est viscérale " Oh mais pourquoi tu parles encore de ça!“ Et je trouve ça très curieux en tant que sociologue, être face à un tel refus de voir ce qui est arrivé aux Africain.e.s."

Je ne l’aurais pas mieux dit qu’elle. J’aimerais que ce soit une évidence, sauf que non. On ne vit pas dans ce genre de monde. Chez nous, on a (aussi) des blanche.s (antispécistes, végétariens, végans, omni et flexivores) pour qui la colonisation, l’esclavage, c’est fini, c’était il y a longtemps… Il est temps de converger. Sauf que non, toujours pas.

The Bunk

Les faits 

Des militant.e.s antispécistes ont décidé de co-opter (détourner en quelque sorte) la date du 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition pour dénoncer la condition des animaux. Sans aucun soutien d’associations afro. Ok… On nous parle de « bonnes intentions » (on la connait celle-là), de diffamation (celle là aussi), mais iels ne semblent pas comprendre que co-opter cette date symbolique, c’est pas anodin, certainement pas intelligent, c’est avant tout révélateur d’un manque de respect.

La démarche de récupération reproduit un processus de domination en détournant un moment politique. On devrait pouvoir prendre un moment (un jour!) pour commémorer un épisode inhumain de l’histoire de notre espèce et tirer les leçons de l’Histoire. Mettre les choses au clair. Dans les faits, on parle de déportations massives autour du globe, de conquêtes armées par génocide et viols de masse, de destruction systématique de la nature, de la faune et la flore… et d’une cruauté qui reste encore confidentielle.

Aliénation, violences et traumatismes transmis de génération en génération. Curieusement, aller m’enchaîner aux portes d’une institution gardée par la police, me faire marquer au fer volontairement sur la place publique pour l’effet choc, ça me dit pas trop. Non pas que ces militant.e.s antispécistes soient de ce genre. En tout cas, non merci. Et je suppose qu’aux réfugié.e.s et aux pauvres non plus. Et curieusement, je ne vois pas trop les antispécistes co-opter la journée internationale contre les violences faites aux femmes pour dénoncer la maltraitance d’autres mammifères… Quoi qu’il semble y avoir des débats sur des parallèles entre les violences sexuelles faites aux femmes et le viol des animaux dans l’industrie de la fourrure mais je ne m’aventurerai pas sur ce terrain-là aujourd’hui.

En vrai je suis lassée de devoir énumérer les horreurs de la colonisation et de l’esclavage. Je calme ma rage de voir les mêmes faux-pas et l’histoire se répéter encore et encore. L’ironie du sort…

Ce manque de clairvoyance, c’est ce qui fonde la polarisation des réactions et l’incompréhension dans la “discussion”. Ca dépend de nos connaissances et de nos expériences de la question raciale et coloniale. Et si en plus on n’a pas pris le temps personnel pour s’informer un minimum sur l’ampleur, la profondeur et la couleur de la domination d’hier et aujourd’hui sur la majorité de l’humanité, il est temps de s’y mettre.

Screen_Shot_2014-06-23_at_5.07.38_PM2
Révisions d’histoire-géo: les pays qui ont été sous contrôle ou influence européenne en vert, bleu et jaune
Mercator_projection_SW
Projection de Mercator: la carte des livres scolaires et encyclopédies
bbva-openmind-mercator-mapa-2
Projection de Peters: plus fidèle à la réalité en surfaces et proportion des territoires Nord/Sud

Ne sommes nous pas tous colonisateurs et colonisés?

liste_Colonialisme-et-litterature_1931

Joker, c’est qui  “nous” exactement? On a tous et toutes été impacté.e.s par cette horreur, mais si les rôles ont été distribués de façon arbitraire (invention de la race biologique puis sociale), la réalité est que les groupes humains ne l’ont pas vécu été de manière comparable.  Les Afrodescent.e.s/Asiatiques/Américain.e.s… et leurs diasporas connaissent la domination blanche depuis des siècles. C’est ce qui se cache derrière tous ces « décolonial », « colonialisme », « décolonialité » et compagnie! La réalité et la violence coloniale, aujourd’hui. Pas seulement hier, mais là tout de suite, à l’instant ou vous me lisez. Les humain.e.s né.e.s dans les parties les plus riches, fertiles et luxuriantes de la planète ont quasi-tous subi de plein fouet l’arrivée des hommes blancs (proto)capitalistes chez eux. Et ils continuent à en voir débarquer avec des visages doux et souriants.

tinder-vs-barbie
Barbie Humanitairan VS Tinder humanitarian
jerome_jarre_couv
« Vous bossez, je pose pour la photo » Jérôme Jarre ne connait pas la crise
beg_pack_teaser
Après des siècle, les Occidentaux continuent à surprendre les locaux en Asie

Le 10 mai est le jour où l’on invite les non-concernés à se taire, à écouter les histoires qui ont été à l’origine du confort dont nous bénéficions tous. Loin des mines de cobalt, des champs de mines, des plantations converties en prison remplies de descendant.e.s de colonis.é.s et déporté.e.s. On a des camps qui re-fleurissent en Europe.

“Never again”, qu’ils disaient.

Vous voulez pas plutôt vous occuper de vos potes qui disent tout et n’importe quoi et qui vivent dans leur dimension parallèle? La condescendance et sans-hontisme en moins, ce serait déjà pas mal. Pour un jour seulement. On te demande de t’asseoir et d’apprendre. L’incompréhension et la fragilitey auxquelles nous avons affaire sont la preuve d’un manque au mieux d’éducation, au pire d’empathie. En même temps, on sait depuis longtemps que l’empathie occidentale est à géométrie variable hein. La dissonance est trop grande. On est élevés comme ça ici. Ils y a certaines morts qu’on ne montre pas. Trop précieuses pour les yeux fragiles.

Avoir été touché.e dans sa chair et/ou dans sa famille par cette violence sous domination blanche et capitaliste ne conditionne pas une identité étroite, mais surtout des conditions d’existence multiples et douloureuses. Des identités complexes, à incarner au quotidien, touchées à divers degrés, dont on ne peut guérir du jour au lendemain. C’est un processus qui doit être collectif, et qui prendra le temps nécessaire. C’est rendu compliqué entre les déclarations  de politiques racistes qui ont toujours des temps de parole « équitables », les dégâts de nos modes de vies

tintin-antilopes
L’innocence blanche
feminisme blanc
Un visage du féminisme blanc

Les éléphants ont l’habitude visiter les restes de leurs proches. Ils subissent le braconnage blantriarcal colonial (Tintin+photo actuelle). Ah! Ce beau pays qu’est l’Afrique et sa faune sauvage! Mais le perception est off . DésensibilisésLorsqu’un lion meurt devant les iPhones, la face blanche de la planète pleure.

Let me weep Solomon

Pleurer, commémorer, guérir… Dr Joy de Gruy avance que nous n’y avons pas eu droit. Ni après la colonisation, ni après l’esclavage, ni après les guerres pour les drapeaux bleu blanc rouge, ni après la prétendue décolonisation. Nous n’avons pas eu assez de conversations inconfortables, sinon on en serait pas ou Pourtant ici on prétend respecter les mort.e.s. Par exemple on ne salit pas la mémoire des “grands” hommes, même les grands poètes sont des misogynes colonialistes, les aventuriers et vos héros sont des tyrans, des pilleurs, des violeurs, se sont enrichis par les pires moyens, mais ils rentrent dans l’Histoire lavés de tous leurs péchés. C’est la magie blanche républicaine. Le privilège est réel. La complaisance du dispositif politico-médiatique est totale.

décolonisation, janvier 1960, dessin de Fritz Behrendt
Décolonisation, dessin, Fritz Behrendt (1960)

Les dignes, les valeureux, les belliqueux et autres aventuriers jamais mal intentionnés mais éternels insatisfaits cupides. Toujours plus, seulement maintenant nous avons des tanks, des drones et des ogives. Et nous avec nos manifs au parisiennes, on en profite tous. Pendant que nos frères et soeurs finissent en caricatures, tué.e.s sur nos plages, épuisée.e.s, violé.e.s et contaminé.e.s, déshumanisé.e.s hebdomadairement au JT de 20h.

Il y a une raison pour laquelle le terme “décolonial” est pertinent, même s’il reste en relation avec le colonialisme. Parce qu’on doit se battre pour être entendu.e.s ici, pour pleurer et reconstruire. Je tire de ce 10 mai une leçon amère: le deuil, c’est pour les Blanc.he.s et les Éléphants.

Sources

Pour plus d’informations (choisis ton continent)

Évidemment, sur le sujet, peu de ressources en français.

>>> 10 mai antispéciste?

>>> Rappels chiffrés

>>> L’esclavage,  colonisation, les horreurs… ce n’est pas fini!

République Démocratique du Congo (âmes sensibles s’abstenir!)

La prison Angola (Lousiane, USA), bâtie sur une ancienne plantation

>>> Et pendant ce temps là > Wypipo wypipoing…

La mode des mariages dans les plantations construites par des esclaves 

>>> La racisme commence avec la colonisation / Aimé Césaire

>>> Comprendre ce qu’a été la colonisation française en Indochine / Français

>>> Comment le racisme rend malade / Anglais ST Anglais

>>> Les retombées “macro-psychologiques” multigénérationnelles de la violence sur les esprits: génocides, des camps de concentration, de la (néo)colonisation, de l’esclavage, des catastrophes naturelles (Japonais enfermés dans des camps aux US, peuples Aborigènes d’Australie, Juif.ve.s survivant.es du nazisme, massacres, déportations, endoctrinement et invasions des territoires des Natifs- et Afrodescendants…) / Joy DeGruy / Anglais

>>> Les Sioux du Dakota se battent pour empêcher la destruction de leurs vies et de leurs cimetières / Français

>>> Les Natifs luttent pour la survie en Amérique du Sud

(Indigenous People Struggle For Survival) / Anglais

#antispecisme #10mai #esclavage #conditionnoire #grandegueule #latoiledalma #fatigance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s